La leptospirose chez le chien : symptômes, diagnostic et traitement

La leptospirose est une maladie que l’on rencontre chez les animaux, mais qui se transmet aussi très bien à l’homme (zoonose). D’ailleurs, on la retrouve beaucoup chez les égoutiers, du fait des contacts avec l’urine de rongeurs, le rat étant en tête des transmetteurs.

Nos animaux de compagnie ne sont bien évidemment pas épargnés, et nos chats, mais plus particulièrement nos chiens, peuvent être victime de cette infection.

Souvent mortel, il est indispensable de savoir reconnaître les symptômes et d’appliquer des mesures de prévention afin de garder son chien en bonne santé.

Qu’est-ce que la leptospirose et comment se transmet-elle ?

La leptospirose est une maladie infectieuse due à des bactéries, les leptospires. Il en existe 17 espèces différentes.

Les bactéries peuvent rester très longtemps dans les reins des animaux infectés, puis seront disséminées avec leur urine.

Ainsi, on les retrouve dans les eaux des lacs en surface, dans les rivières, les flaques d’eau, les mares et la boue.

Elles sont particulièrement présentes chez les rongeurs comme le rat. Le contact entre leurs urines et les muqueuses ou une plaie, même petite, peut transmettre la bactérie à un autre mammifère, en l’occurrence ici, le chien.

Ces leptospires survivent plusieurs semaines à plusieurs moisen milieu favorable, c’est-à-dire en zone ombragée, en eau peu acide et une à température supérieure à 25 degrés.

C’est donc une maladie que l’on voit principalement en été et qui est d’ailleurs souvent diagnostiquée entre juillet et décembre.

Le chien, lors de ses promenades, particulièrement en campagne, peut boire dans des flaques ou se rouler dans la boue qui sera contaminée par la bactérie via des urines. Attention, si le chat est moins exposé, car son comportement ne l’incite pas à aller dans ces flaques, il peut être tenté de boire et tomber lui aussi malade.

Notre animal domestique peut également contracter la maladie par contact direct avec un rongeur infecté (morsure par exemple).

Il n’y a pas d’âge où le chien tombe plus facilement malade ni de race plus particulièrement exposée, même si les gros chiens semblent plus souvent atteints. Mais cela s’explique par leur plus forte présence en campagne. Attention aussi aux bergers allemands, qui apparemment, ont tendance à développer des formes plus graves.

Symptômes de la leptospirose

Une fois contaminé, le chien peut déclarer la maladie entre quatre et douze jours, ce qui est le temps d’incubation moyen.

Néanmoins, certaines fois, il peut développer la maladie en deux jours, voire même quelques heures dans la forme suraiguë. Ce dernier cas entraîne malheureusement la mort de l’animal.

Pour les formes plus communes, les premiers symptômes de la leptospirose chez le chien sont :

  • De la fièvre ;
  • Un abattement général ;
  • Une baisse d’appétit ;
  • Des douleurs, soit musculaires, soit articulaires ;
  • Un écoulement oculaire et/ou nasal ;
  • Une gastro-entérite hémorragique.

La maladie évolue ensuite en insuffisance rénale chez presque tous les chiens (80 à 90 %). Cela va entraîner vomissements, déshydratation, douleurs rénales (néphrite, inflammation des reins), des ulcères, et certaines fois une nécrose de la langue à cause d’un taux d’urée dans le sang trop important (urémie).

D’ailleurs, dans les cas les plus sévères, le chien ne peut plus uriner, ce qui n’est pas le cas des formes moins critiques, ou au contraire on observe une augmentation des mictions (urine plus importante) et de la soif.

Autres développements de la leptospirose

Chez 20 % des animaux malades , on peut voir le chien contracterun ictère (jaunisse) qui est dû à un défaut d’écoulement de la bile. Il se remarque à la couleur du ventre et des gencives qui devient jaune.

Il peut aussi avoir une nécrose du foie avec soit avec la jaunisse, soit seule.

D’une façon plus aléatoire, l’animal peut avoir des hémorragies pulmonaires, une inflammation de l’intérieur de l’œil ou encore une pneumonie.

La maladie peut ensuite évoluer en hépatite ou insuffisance rénale chroniques.

Et parfois, le chien ne présente aucun symptôme, mais excrète tout de même les bactéries.

Le diagnostic de la leptospirose par le vétérinaire

La leptospirose fait partie des maladies dangereuses, voire mortelles pour le chien comme pour l’homme.

Si elle peut très bien se soigner (voir traitement plus bas), elle peut également causer, quand elle n’est pas fatale, des dégâts irréversibles au foie et aux reins.

Il faut donc au moindre doute se rendre chez son vétérinaire, ou sa clinique vétérinaire, pour que celui-ci établisse un diagnostic afin d’enchaîner sur un traitement au plus vite.

Et pour cela, il existe deux examens.

La sérologie pour trouver la leptospirose

C’est la méthode la plus classique. Elle consiste à mettre en évidence les anticorps de la leptospirose.

Le souci est qu’il existe de nombreuses souches, le vétérinaire va donc devoir en tester beaucoup.

De plus, le test peut réagir positivement si le chien a eu une ancienne infection ou s’il a été vacciné, puisque le vaccin génère des anticorps.

Enfin, ces anticorps ne commencent à se fabriquer que sept à dix jours après la contraction de la maladie, le test peut donc être négatif au début de l’infection.

La PCR, l’autre méthode pour détecter la maladie

La PCR consiste à mettre en évidence l’ADN des leptospires dans le sang ou l’urine de l’animal.

Ce test a l’avantage de voir plus vite la présence des bactéries.

Malheureusement, que ce soit dans le sang ou dans les urines, l’excrétion ainsi que la circulation des leptospires sont inconstantes.

De plus, si les chiens sont traités par antibiotiques, le test peut être négatif.

Les deux techniques sont donc complémentaires. Le vétérinaire déterminera si les deux sont nécessaires, selon la situation du chien. Par exemple, on utilisera la PCR pour les chiens malades depuis peu de temps et qui n’ont pas de traitements.

Au contraire, la sérologie sera plus facilement utilisée pour les chiens malades depuis plus longtemps et/ou qui sont traités.

Le traitement contre la leptospirose

En soi, le traitement antibiotique délivré par le vétérinaire fonctionne très bien. Les bactéries sont éliminées en un mois. Deux traitements sont alors à l’œuvre.

Le premier sera des antibiotiques qui va tuer les leptospireset va durer quinze jours.

Le second sera là pour trouver les bactéries cachées dans les tissus, afin d’éviter une complication chronique.

Malheureusement, souvent, la maladie a fait beaucoup de dégâts. Les reins et le foie sont les deux organes qui peuvent être touchés, parfois gravement, au point d’être presque détruits. Dans ces cas-là, l’animal est mis sous perfusion.

On attend que l’urée et la créatine descendent, signe de la guérison des reins.

Parfois, elle ne baisse pas, et l’issue est le plus souvent la mort, même si on peut tenter une dialyse pour gagner du temps. Malheureusement en France, peu de cliniques vétérinaires sont équipées.

En somme, le bilan est le suivant : un chien sur deux aura la chance de guérir de la leptospirose.

Ces soins, en plus d’être lourds, peuvent également faire mal d’un point de vue financier. Il est donc plus prudent, lorsqu’on adopte un chien, de contracter une assurance. Et pour savoir quelle assurance pour chien choisir, vous pouvez suivre notre guide-conseil.

Leptospirose chez le chien, prévention

Bien entendu, le plus prudent est d’empêcher son chien de boire dans les flaques, patauger dans l’eau ou se rouler dans la boue.

Mais tous les propriétaires de chien le savent, c’est très compliqué de les en empêcher.

Une des solutions consiste également à éviter les endroits où l’on sait qu’il y a des rongeurs, mais là encore, ça reste aléatoire.

Néanmoins, cela n’empêche d’essayer de mettre ces conseils en pratique, d’autant que la leptospirose est une maladie qui est en recrudescence en France.

Le meilleur moyen reste le vaccin, qui fait d’ailleurs partie du calendrier de vaccination que l’on peut retrouver dans les vaccins indispensables pour la santé de votre chien.

C’est un des vaccins qui est certes le moins efficace, puisqu’il n’est fabriqué qu’avec deux souches et que son action est courte (dix mois), mais il évitera tout de même les formes sévères s’il n’arrive pas à faire barrières contre les leptospires.

Pour conclure :

La leptospirose est une maladie que les chiens attrapent en contact direct ou indirect avec les rongeurs. Elle est transmissible à l’homme, mortelle dans 50 % des cas, et laisse souvent des séquelles lourdes chez le chien.

Le traitement doit être donné très rapidement, et dans ce cas les chances de s’en sortir sont presque totales. Ainsi, savoir reconnaître les symptômes et vacciner son animal sont des gestes primordiaux.

Donec suscipit venenatis pulvinar at quis, id sem, risus neque. libero