Chien hyperactif : que faire ?

chien hyperactif

L’hyper-activité du chien est un vaste sujet. En effet, on utilise souvent ce terme, qui à la base désigne un réel et sérieux trouble du développement, pour qualifier tous les chiens un peu « foufous ».

L’hyper-activité du chien : qu’est ce c’est ?

Souvent mal interprété, le syndrome de l’hyper-activité chez le chien est un très sérieux trouble du développement. Ce n’est donc pas un terme à employer à tord et à travers car d’un point de vue comportemental, il traduit un profond mal-être chez le chien.

Ainsi, il semble donc incohérent et « dangereux » d’employer ce terme d’hyper-activé dès qu’un chien est un peu excité.

Le syndrome de l’hyper-activité, tout comme pourrait l’être une maladie « classique », se diagnostique auprès d’un vétérinaire et peut se compléter par l’avis d’un éducateur canin comportementaliste qui pourra observer et interpréter au quotidien l’attitude du chien en question.

Vous l’aurez compris, l’hyper-activité du chien est un trouble du développement. Il naît de manquements lors de la période de développement du chiot. Ce trouble peut être diagnostiqué dès l’âge de 4 mois.

Mon chien est hyper-actif : pourquoi ?

Passons maintenant au pourquoi du comment… Comment un chien peut-il devenir hyper-actif ? Quels sont les manquements lors de la période de développement qui ont pour lourde conséquence l’hyper-activité ?

Le trouble de l’hyper-activité est la conséquence directe de l’absence de la mère à partir de la 4ème semaine du chiot.

Habituellement (lorsque la mère est présente auprès de sa portée), la quatrième semaine est une semaine très importante car les chiots commencent à jouer entre eux et la mère est normalement présente pour réguler les interactions entre ses chiots et apprendre à ses petits à se contrôler, et surtout à contrôler la force de leur mâchoire (on appelle cela l’apprentissage de la morsure inhibée).

Si la mère n’est pas présente, ou si elle est trop faible pour prodiguer ces apprentissages, on considérera alors que les chiots auront des défauts d’auto-contrôle.

L’hyper-activité du chien : par quoi cela se traduit-il ?

L’hyper-activité se traduit alors par une incapacité ou du moins, une grande difficulté pour le chien à retrouver un état émotionnel stable.

Il aura toujours besoin de faire quelque chose, il sera sans cesse en demande d’activité et ne parviendra que très rarement à se poser.

J’observe souvent cela par exemple lorsque je me rends chez des clients : si le chien ne parvient pas à se poser à la suite du premier quart d’heure après mon arrivée, je vais davantage poser des questions sur son développement parce qu’un éventuel trouble de l’hyper-activité peut être présent.

Attention à l’erreur de diagnostic !

Attention toutefois à ne pas cataloguer un chien d’hyper-actif simplement parce qu’il a ses quarts d’heures de folie quotidiennement ou simplement parce que vous n’arrivez pas le gérer !

C’est d’ailleurs souvent l’erreur que l’on fait, ne serait-ce qu’avec les enfants ! Il y a eu (et il y a encore) une grande mode de « l’enfant hyper-actif » qui permet aux parents de déculpabiliser d’avoir un enfant qu’ils ne parviennent pas à gérer. Cela peut paraitre durs comme propos mais il est vrai que l’hyper-activité, dans de nombreux cas est prétexte à bien des maux !

Sachez d’ailleurs (pour en revenir aux chiens) que l’hyper-activité (et je parlerai plus en détails du syndrome HSHA ultérieurement) n’est pas un trouble courant et, en tant qu’éducatrice canin, il est tout de même assez rare que je croise des chiens souffrant de ce trouble (fort heureusement d’ailleurs).

A l’inverse, il sera parfois « facile » d’écarter ce trouble car on sait que le chiot a vécu avec sa mère jusqu’à l’âge légal de vente (8 semaines). Seulement, comme évoqué précédemment, il y a des mères parfois immatures, ou tout simplement trop fatiguées ou encore elles-même atteintes d’un trouble du développement, qui ne peuvent donc pas prodiguer les apprentissages essentiels.

chien hyperactif

Le syndrome HSHA : qu’est ce que c’est ?

Le syndrome HSHA signifie : syndrome de l’hyper-sensibilité et l’hyper-activité. Pour ce qui est de l’hyper-activité, on a vu que c’était à cause de l’absence de la mère à compter de la 4ème semaine de vie du chiot. Pour ce qui est de l’hyper-sensibilité, elle concerne les chiots séparés de leur mère à compter de leur 3ème semaine de vie.

C’est pour cette raison que ces deux troubles sont souvent (pas toujours, mais souvent) liés.

L’hyper-sensibilité concerne donc les chiots qui n’ont pas pu explorer sereinement et en toute sécurité leur environnement à partir de leur 3ème semaine (âge auquel les chiots se permettent de s’éloigner de la couche, tout en revenant régulièrement se rassurer/sécuriser auprès de leur mère, on appelle cela l’exploration en étoile).

L’hyper-sensibilité du chien : par quoi cela se traduit-il ?

L’hyper-sensibilité se traduit alors par des défauts de ce que l’on appelle les filtres sensoriels, ce qui engendre une hyper vigilance. On observera alors un chien très peu confiant, qui a du mal à explorer sans craintes ni appréhensions.

En clair, lorsqu’un chien est hyper-vigilant, on a l’impression qu’il vit tous les événements comme si c’était la première fois !


Mon chien est hyper-actif : que faire ?

Passons maintenant aux conseils pour atténuer ce trouble. Je pèse bien mes mots en utilisant le terme « atténuer » ! On ne pourra jamais régler complètement le trouble HSHA chez un chien car on ne pourra jamais revenir en arrière et rattraper les manquements de la période de développement…

A part si le trouble est diagnostiqué avant l’âge de 4 mois, et encore.

Conseil n°1 : Un chien diagnostiqué hyper-actif devra obligatoirement être suivi par un vétérinaire et/ou un éducateur canin professionnel. Le vétérinaire sera indispensable, tout simplement parce qu’un chien réellement hyper-actif ne pourra se gérer sans un traitement adapté.

Conseil n°2 : Qui dit hyper-actif dit aucune inhibition à la morsure. Votre chien peut alors, même dans le jeu et sans le vouloir, faire très mal. Attention donc de ne jamais laisser un chien hyper-actif seul avec un enfant. Et parfois, le placement dans une famille sans enfants sera fortement recommandé.

Conseil n°3 : Tous les jeux de lancés de balles ou de tiraillements seront à proscrire malheureusement, car le chien atteint d’hyper-activité n’aura pas le bagage physique et émotionnel nécessaire pour se stopper et retrouver un équilibre.

Conseil n°4 : Ayez une attitude très cohérente : soyez sûr de vous, restez toujours à l’initiative des activités/contacts avec votre chien, instaurez une routine claire (nourriture, balade, etc.)

Conseil n°5 : Pour calmer votre chien, il ne servira à rien de hausser le ton ou de s’énerver car cela ne fera qu’empirer le problème ! Préférez ignorer complètement votre chien en coupant tout lien social (ne le regardez pas, ne le touchez pas, ne lui parlez pas = tournez lui le dos).

Dressez votre chien en 15 min par jour


⇨ Le livre de dressage N°1 des ventes 

15 minutes par jour pour voir des premiers résultats concrets en 15 jours. Une façon de vous dire que votre (re)-prise de contrôle est à portée de main !

Mon chien est hyperactif : pourquoi et que faire ?
5 (100%) 1 vote

venenatis, dolor. Praesent id, sem, ante. leo. dolor libero quis ut